Fracturation ou Alimentation saine il faudra bientôt choisir!

Fracturation ou Alimentation saine il faudra bientôt choisir!

 
 
D’après une  traduction libre réalisée  par No Fracking France de l’article d’Elisabeth Royte :
“Fracking Our Food Supply”:
 
Un article à lire impérativement, pour appréhender tous les aspects liés à cette problématique du FRACKING,  “fracturation” pour extraire du gaz ou du pétrole :
  • Guerre des terres
  • Guerre de l’eau
  • Risques pour la santé
  • Risques pour l’environnement
  • Conflit d’usages avec  la Qualité de vie et le Tourisme
  • Conflit vital avec l’approvisionnement en denrées alimentaires.

 

 


Publié par
28 Novembre  2012
Bovins en bonne santé sur le ranch des Schilke dans le Dakota du Nord, avant le début des travaux de  fracturation.

Cet article a été produit en collaboration avec le Réseau d’expertise Alimentaire et Environnement, par une journalisted’investigation , indépendante.

Cet article est axé sur la nourriture, l’agriculture et la santé environnementale.

 

 

Dans une cave de Brooklyn , en Juillet, une foule élégante s’est réunie , autour d’un somptueux déjeuner, du beau Monde venu de tout l’ État de New York.

Les convives sont là, avec leurs chéquiers, à soutenir un groupe appelé : “Chefs de Marcellus”, un groupe de chefs de cuisine et de restaurateurs renommés qui travaillent  à protéger le grenier alimentaire dont dépendent des centaines d’organisations régionales,  et les plus grands restaurants de l’Etat.

Ce groupement de restaurateurs  “Chefs de Marcellus”, porte le même nom que le gisement de schiste de Marcellus, une formation géologique qui décrit un arc au nord-est de West Virginia en Pennsylvanie et de l’État de New York.

Comme chaque invité le sait, ici, la région est à la fois riche pour l’agriculture et l’énergie , avec de grandes quantités de gaz naturel séquestrés profondément au-dessous de ses champs fertiles et des forêts.

En Pennsylvanie voisine, l’industrie du pétrole et du gaz est déjà très implantée avec de nombreux puits et infrastructures associés.

L’Etat de New York, quant à lui, ne s’est pas développé sur l’industrie du shale gaz .

La fracturation y est interdite.

Ce sont des centaines de brasseries ouvertes, des caves à vins, des laiteries , avec une dynamique visant à capitaliser la production alimentaire locale.

Mais il y a des preuves croissantes que ces deux impulsions, l’une vers l’indépendance énergétique et l’autre vers la production agricole et alimentaire, sont en  en contradiction.

Les Invités de ce soir ont entendu parler de puits d’eau potable résidentiels contaminés par les fluides de fracturation  en Pennsylvanie, dans le Wyoming et au Colorado.

Ils ont lu des rapports à propos des éruptions cutanées persistantes, saignements de nez et  traumatismes des voies respiratoires dans les communautés où le gaz et le  pétrole sont exploités, des communautés pour la plupart en milieu rural, peu développé avec un manque d’influence politique et de perspectives économiques.

Les invités prennent alors conscience des souffrances de ces communautés.

Mais ce soir, leur principale préoccupation est une question plus insidieuse :  Les forages et les opérations de fracturation  sont ils un facteur de contamination pour nos aliments ?

Les premiers éléments en provenance des régions fortement fracturés, en particulier les témoignages de grands éleveurs, ne sont  pas rassurants.

***

Appareil de forage visible à partir du ranch “Schilke” dans le Dakota du Nord

 

Jackie Schilke et son bétail , 60 bovins , vivent dans le coin supérieur gauche du Dakota du Nord, un ciel balayé par le vent, couleur or, au cœur du bassin  schisteux de Bakken.

En proximité de la propriété des Schilke,  la fracturation a commencé , avec  32 puits de pétrole et de gaz dans les trois miles avoisinant son ranch de 160 acres . Ce sont cinq de ses vaches qui sont tombées raides mortes, l’année dernière.

Mme Schilke elle-même est en mauvaise santé. C’est une femme  âgée de  53 ans , avec une queue de cheval blonde et des yeux d’un bleu profond. Elle se sent souvent étourdie quand elle s’aventure à l’extérieur. Elle boite et ressent une  douleur chronique dans les poumons. Elle est sujette à des éruptions cutanées qui perdure depuis un an.

Une fois, une visite de la grange s’est terminée par une détresse respiratoire et une visite aux urgences médicales. Mme Schilke a également des maux de dos liés a  des problèmes rénaux ,  certains matins , confie t-elle, j’ urine du sang.

L’Analyse de l’air ambiant,  par un consultant environnemental a certifié et détecté des niveaux élevés de benzène,  de méthane, de  chloroforme, de butane, de  propane, de toluène et de xylène-composés associés au forage et la fracturation. Avec le risque connu, de ces composants là,  à favoriser des cancers, des malformations congénitales et des lésions d’organes.

Dans son puits, ont été détectés des sulfates de chrome, du chlorure de strontium; Un Test sanguin s’est révélé positif à l’acétone, à  l’arsenic  avec des marqueurs qui se sont révélés positifs également à certains métaux lourds .

Elle et son mari, qui travaille dans les services pétroliers, ont récemment perdu plusieurs couronnes et  plombages de leurs dents; la perte des dents est associée à un empoisonnement par radiation et des niveaux élevés de sélénium, également présentes dans l’eau des Schilkes.

L’organisme de la Santé d’Etat et de l’Agriculture a pris connaissance des tests  concernant l’air et  l’eau des  Schilke, mais leur  a dit qu’ils  n’avaient rien à craindre.

Les médecins, cependant, ont diagnostiqué chez madame schilke des lésions neurotoxiques et des affections des voies respiratoires .

«J’ai réalisé que cet endroit me tue , moi et  mes troupeaux » dit Madame Schilke.

Elle a commencé à utiliser des inhalateurs et d’un nébuliseur, s’est mise à l’eau en bouteille, et a cessé de manger son propre bœuf et les légumes de son jardin.

(Désormais Madame Schilke vend son bétail uniquement aux acheteurs qui finiront de les élever hors de la zone de schiste, où elle suppose que toute contamination chimique se désactive au bout de quelques mois.)

“Ma santé s’est améliorée», rajoute-elle, “mais j’ai pensé, ‘Oh mon Dieu, que faisons-nous sur cette terre? “

L’histoire des Schilke  nous rappelle que les agriculteurs ont besoin d’eau propre, de l’air et des sols pour produire des aliments sains.

Mais comme les plus grands propriétaires fonciers privés dans les zones de schiste à travers le pays, les agriculteurs sont approchés par les sociétés d’énergie désireuses d’extraire du pétrole et du gaz sous leurs propriétés.

Déjà, certains commencent à  le regretter.

Plus tôt cette année, Michelle Bamberger, un vétérinaire  d’Ithaque, et Robert Oswald, professeur de médecine moléculaire au Collège Cornell de médecine vétérinaire, ont publié le premier rapport ( connu jusqu’à présent, ) par des pairs pour suggérer un lien entre la fracturation et de la maladie des animaux de boucherie.

Les auteurs ont compilé des études de cas de vingt-quatre agriculteurs , dans six États impactés par l’exploitation du gaz de schiste dont le bétail connait des troubles neurologiques, de reproduction et témoignent de problèmes gastro-intestinaux aigus.

Exposés accidentellement ou incidemment à la fracturation , et aux produits chimiques dans l’eau ou dans l’air, des dizaines d’animaux sont morts.

Le nombre de morts est insignifiant lorsqu’on le compare à la population animale du pays (quelques 97 millions de bovins de boucherie sur le Marché chaque année), mais les défenseurs de l’environnement pensent que ces animaux constituent un avertissement précoce. Et qu’il faut l’écouter.

Les animaux exposés , “font ensuite partie du circuit d’approvisionnement et du  système alimentaire, et c’est très inquiétant pour nous», dit Bamberger. «Ils vivent dans des zones où la  la contamination de l’air, de l’eau et du sol est avérée. Certains de ces produits pourraient apparaître dans les produits laitiers et la viande issu de ces animaux. ”

En Louisiane, dix-sept vaches sont mortes après une exposition d’une heure à fluide de fracturation déversé. (La cause la plus probable de la mort:. Insuffisance respiratoire)

Dans le centre nord de la Pennsylvanie, 140 bovins ont été exposés à la fracturation et aux flowbacks, eaux usées ressorties des puits.

Environ soixante-dix vaches sont mortes. Sur onze veaux,  trois seulement ont survécu.

Dans l’ouest de la Pennsylvanie, une fosse de stockage d’eaux usée de fracturation  a débordé et  l’eau contaminée s’est déversée dans un étang et un pâturage où paissaient des vaches en gestation: la moitié de leurs veaux sont  morts.

On a dénombré une asymétrie entre les naissances femelles ou mâles :  avec dix femelles pour deux mâles, au lieu de l’habituelle répartition 50-50 ou 60-40.

En plus des cas rapportés parle Docteur Bamberger, l’analyse capillaire de bovins malades qui paissaient autour de plateformes d’exploitation au Nouveau-Mexique  a révélé  des  résidus pétroliers pour 54  animaux sur 56 .

Dans le Dakota du Nord, les cendres volatiles, qui sont utilisées pour solidifier les déchets provenant des trous de forage,  contiennent des métaux lourds. Elles se sont dispersées sur une ferme : une vache, qui a soit inhalé , soit ingéré de la poussière caustique, est morte, et un étang  a été contaminé à l’arsenic au double du niveau accepté pour l’eau potable.

Les bovins qui meurent à la ferme ne font plus partie du  système alimentaire de la nation.  Les agriculteurs ne sont pas tenus de prouver que  leur bétail n’est pas  contaminé au moment de la transaction  avec les acheteurs.

Bamberger et Oswald considérent ces animaux comme une sentinelle  pour la santé humaine.

«Ils sont dehors toute la journée, donc ils sont constamment exposés à l’air, le sol et les eaux souterraine », dit Bamberger. “Et ils ont des  cycles plus fréquents de reproduction, nous pouvons donc  voir les effets toxiques beaucoup plus tôt que chez les humains.”

La Fracturation nécessite , pour un seul puits jusqu’à 7 millions de gallons d’eau, (20 000 mètres cubes d’eau) plus environ 400.000 litres d’additifs supplémentaires, y compris les lubrifiants, les biocides, d’échelle et des inhibiteurs de rouille, des solvants, des agents  émulsifiants , dé-émulsifiants, stabilisants et des disjoncteurs. Environ 70 % du liquide qui est injecté dans le  trou de forage revient finalement ,  contaminé de composé comme le sodium, le chlorure, le bromure, l’arsenic, le baryum, l’uranium, le radium et le radon. (Ces substances sont naturellement présentes, mais beaucoup d’entre elles peuvent causer des maladies en cas d’ingestion ou d’inhalation au fil du temps.)

Ce “produit” hyper salé , flowback, ou  saumure, peut être stocké sur place pour être réutilisés. En fonction des réglementations étatiques, il peut également être retenu dans les fosses en revêtement plastique , jusqu’à ce qu’il s’évapore, ou soit  réinjecté dans la terre, ou encore  transporté vers les usines municipales de traitement des eaux usées, qui ne sont pas en mesure de neutraliser ou séquestrer des produits chimiques de fracturation (en d’autres termes , ils sont rejetés avec les effluents dans les cours d’eau avoisinants).

À presque toutes les étapes de développement et de fonctionnement d ‘un puits pétrolier ou gazier, les produits chimiques et les composés peuvent être introduit dans l’environnement. Les matières radioactives citées ci-dessus ont  été détectées dans l’air, le sol et l’eau ,  à proximité des  sites de forage de gaz. Il en est de même pour les Composés volatils organiques, y compris le benzène, le toluène, le xylène et l’éthylène, provenant des moteurs, compresseurs, pipelines, des brides, des cuves ouvertes, ou de  déversements dans les étangs. (Les bonnes nouvelles: Les COV ne sont pas assimilés par ingestion pour  les animaux ou les plantes . Les mauvaises nouvelles…. L’exposition par inhalation provoque des cancer et des lésions organiques)

Les eaux de la pétrochimie peuvent migrer le long des fissures dans les puits abandonnés ou orphelins , ou fuir  le long des tubages, et à la tête des puits, des fuites de méthane : (l’industrie pétrolière  estime que 60 % des puits fuient du gaz à la tête du puits sur une période de trente ans).

La saumure peut se répandre depuis des bassins de rétention ou des ruptures de  pipelines. Elle peut être utilisée, légalement dans certains endroits, sur les routes pour contrôler la poussière et  faire fondre la glace. Des chauffeurs de camions ont été également aperçus entrain de déverser illégalement ce liquide dans les ruisseaux ou les champs, là où les animaux peuvent boire ou  lécher leur fourrure.

Bien que les sociétés d’énergie n’aient pas l’habitude d’être informées des dangers potentiels sur les risques environnementaux auxquels elles pourraient être confrontées, la Securities and Exchange Commission les oblige à  informer les investisseurs potentiels.

 

Dans un dépôt , en 2008, de la Compagnie Cabot Oil Industrie, on a dénoté plusieurs “éruptions du site” , cratères, explosions, des pannes d’équipements, des flux incontrôlés de gaz naturel, de pétrole ou de fluides autour des puits.

 

Pollution et d’autres risques environnementaux”

En 2011, les compagnies pétrolières, dans le Dakota du Nord ont signalé plus de 1000 déversements accidentels de pétrole, d’ eaux usées de forage ou d’autres fluides, avec  sans doute beaucoup plus de risques non déclarés. Entre 2008 et 2011, les entreprises de forage en Pennsylvanie se sont rendues coupables de 2.392 violations du droit qui posent une menace directe pour l’environnement et la sécurité des communautés.
***

Les ennuis des Schilke ont commencé à l’été 2010, quand une fuite sur un puits de forage fracturé, est apparu. Les bovins des  Schilke ,  se sont mis à avoir les pattes enflées et ont développé des infections. Les vaches produisant du lait pour allaiter leurs veaux, ont perdu 60 à 80 kilos en une semaine, et leur queue est mystérieusement tombée. (Des Rats de laboratoire exposés à l’agent cancérigène 2-butoxyéthanol, un solvant utilisé dans la fracturation, ont perdu leur queue , mais un lien similaire avec le bétail n’a pas été démontré. Chez l’homme, la respiration de produits chimiques peut entraîner des œdèmes pulmonaires et le coma.)

 

Le ranch  des Schilke , une vache qui a perdu sa queue, l’un des nombreux maux trouvés chez les bovins après la fracturation hydraulique , des schistes du Bakken dans le Dakota du Nord

Mme Schilke n’arrivait pas à comprendre ce qui n’allait pas. Et les vétérinaires locaux ne comprenaient pas non plus. Elle soignait ses vaches individuellement  pendant des semaines en essayant de remédier à leurs maux.

Son taureau a été abattu. Après examen, le foie de l’animal s’est avéré perforé et ses poumons encombrés atteint d’une pneumonie.

 

Cette même année, cinq de ses vaches sont  mortes, son chat et ses deux chiens également. Le vétérinaire  lui a dit,  que ses animaux avaient été atteints de poliomyélite .

 

Ce sont  300 camions qui circulent chaque jour, sur la route qui borde la propriété des schilke : Des camions transportant du sable, de l’eau douce, des eaux usées, des produits chimiques, des déblais de forage et l’équipement pour les forages et la fracturation. La plupart des camions-citernes sont munis de plaques affichant le transport de matières dangereuses ou radioactives.

 

Ordinairement, Mme Schilke transporte ses bovins aux enchères , quand ils ont huit mois. «Les acheteurs viennent de partout pour les vaches du Dakota», dit-elle.Les animaux sont ensuite élevés en pâturage ou en parcs d’engraissement jusqu’à ce qu’ils soient assez grands pour l’abattage.

A partir de ce moment là , explique Madame” Schilke”, ce n’est plus mon bétail, ils font  partie du système alimentaire de l’Etat, et des produits de base:  steaks et côtelettes anonymes sur les tablettes des supermarchés.

Maintenant, Monsieur Schilke est hésitant sur la vente de ses animaux.

«Je  pouvais obtenir un bon prix pour ces bœufs, ils semblent être en très bonne forme et auraient dû être abattus. Mais je ne vais pas les vendre parce que je ne sais pas si ils sont OK”.

***

Le secret qui entoure le processus “hydrofracking”, jette une ombre qui baffoue le droit des consommateurs , droit de  savoir si leurs aliments sont sains ou non.

Les lacunes fédérales engendrées en vertu “héritage” de l’ancien Gouvernement du vice-président Dick Cheney  ont exempté les entreprises énergétiques d’obligation de rendre des comptes sur le respect de la qualité de l’air, et de l’eau propre à la consommation.

L’Inventaire des rejets toxiques, la conservation des ressources et la Loi sur la reprise et le National Environmental Policy Act, exige un examen complet des mesures qui peuvent avoir des impacts significatifs sur l’environnement.

Si les scientifiques et les citoyens ne peuvent pas savoir exactement ce qu’est  le forage ou  les  fluides de fracturation, ou les émissions atmosphériques à un moment donné, il est difficile de déterminer si les contaminants ont migré dans l’eau, le sol ou les aliments et si ils peuvent nuire à l’homme. Il devient encore plus compliqué,  sans information sur les interactions entre ces produits chimiques et d’autres déjà existantes dans l’environnement, d’établir une causalité entre la mort d’un animal et la fracturation, affirme Mr Bamberger , “je vous laisse deviner…..”

Les partisans de la fracturation critiquent l’étude de Bamberger et Oswald , il la considère comme relevant d’ une approche politique, et non comme un document scientifique.

“(Bamberger et Oswald reconnaîssent l’ absence d’évaluation scientifique officielle, leur recherche son faites en indépendance dans des laboratoires privés et  ils déplorent le manque de financement pour la recherche et le manque de transparence des compagnies sur les secrets liés aux fluides de fracturation).

Personne ne doute plus que les fluides de fracturation sont susceptiblesde causer de graves dommages. Theo Colborn, une analyste de la santé environnementale et ancien directeur de la faune du World Wildlife Fund  a identifié 632 produits chimiques utilisés dans 
 le procédé de fracturation. Plus de 75 pour cent d’entre eux, dit-elle, pourrait affecter les organes sensoriels et les systèmes respiratoires et 
 gastro-intestinaux, 40 à 50 pour cent aurait un impact potentiel sur les reins et sur les systèmes nerveux, immunitaire et 
 cardiovasculaire, 37 pour cent sur le système hormonal, et 25 pour cent sont liés au cancer ou à des mutations.

Grâce à  la pression du public, plusieurs États ont commencé à durcir la réglementation sur la cimentation des puits pour  garantir l’étanchéité des conduits de forage jusqu’à la tête des puits, et l’administration Obama a récemment exigé  des compagnies  qu’elles divulguent,  les produits chimiques utilisés pour la fracturation

Pourtant, les informations sur les quantités et les concentrations de produits chimiques reste secrète.

De toute évidence, la technologie d’extraction du gaz de schiste a progressé plus rapidement,  avec un financement  public qui ne s’est pas étendu jusqu’à l’étude de ses différents effets.

À ce jour, il n’y a pas eu systématiques d’évaluation et d’ études à long terme sur les effets sanitaires de la fracturation hydraulique pour la production de pétrole et de gaz . Et les risques pour la sécurité alimentaire sont  encore plus difficile à analyser.

“Les plantes ont des différences entre elles et ne réagissent pas  de façon identique», explique John Stolz, un microbiologiste de l’environnement à l’Université Duquesne. Par exemple, le riz et les pommes de terre absorbent l’ arsenic de l’eau, mais les tomates non.  Le Tournesol peut  absorber l’uranium dans le sol, mais les autres graminés, non.

“Il existe une variété de composés organiques, de métaux et de matières radioactives qui sont préoccupantes pour la santé humaine , mais aussi pour le bétail qui peut les  ingérer,” dit Motoko Mukai, un toxicologue vétérinaire au Collège de Cornell . Ces composés s’accumulent ensuite dans la graisse et se retrouvent dans le lait. Certains composés sont persistants et ne sont pas assimilés facilement. ”

Les vétérinaires ne savent pas combien de temps les produits chimiques peuvent incuber, chez les animaux, et le Service d’inspection de la salubrité des aliments, qui fait partie du Département américain de l’Agriculture , ne fait pas de recherche sanitaires sur les carcasses d’animaux, après leur mort. Les Inspecteurs n’examinent dans les abattoirs,  les organes que s’ils ont l’air malade.

«C’est un aspect macroscopique, pas microscopique “,  dit Bamberger , cette inspection, à minima ne permet pas de voir si  les animaux sont ou non contaminés par des produits chimiques et la viande provenant de ces animaux pourrait entrer dans la chaîne alimentaire et que cela passe inaperçu.

“L’USDA se concentre principalement sur les pathogènes et les résidus de pesticides», explique Tony Corbo, un lobbyiste principal pour Food and Water Watch.

 

***

Le nombre relativement faible d’animaux malades ou morts recensés,  invite à poser la question:  “Si les opérations pétrolières et gazières sont tellement risquées, pourquoi n’y a t-il pas plus de cas ?”

Il y a sans doute, plus de cas mais très peu de scientifiques font des recherches. («Qui a l’argent pour étudier ces risques sanitaires sur les animaux ?”)

Théo Colborn cherche des fonds pour ces recherches.

Les Vétérinaires ruraux ne ont peur de parler par peur de représailles. Et les agriculteurs ne parlent pas pour de multiples raisons: certains reçoivent des chèques de redevance auprès des sociétés d’énergie (que ce soit par choix ou parce que le propriétaire précédent touchait des indemnités de droits miniers pour  leur exploitation), d’autres ont signé des accords de non-divulgation après avoir reçu une compensation financière.

Certains agriculteurs craignent d’ être trainés en justice par une compagnie pétrolière pour diffamation. (comme cela s’est produit avec un Texan après la publication d’une vidéo montrant une flamme jaillissant de son tuyau d’arrosage…)

Et nombreux sont ceux qui tout simplement ne savent pas ce qui se passe.

«Il faut beaucoup de temps pour construire la réputation d’un troupeau», explique Dennis Bauste éleveur, de Trenton Lake, dans le Dakota du Nord. «Je veux vendre mes bovins, et je ne veux pas qu’ils soient étiquetés comme contaminés.

L’Association nationale des éleveurs de bovins , “BEEF” , ne prend pas position sur les risques sanitaires et environnementaux  inhérents à la  fracturation hydraulique.  Et pourtant, ce sont bien de nombreux éleveurs et agriculteurs qui alertent et qui témoignent en racontant leurs histoires aux médias . Ce sont des gens qui ont regardé, impuissants, leur bétail souffrir et mourir. «Ce n’est pas nous qui avons fait souffrir notre élevage , jusqu’à sa perte”,  s’exclame madame Schilke, de la colère dans la voix : «C’est l’industrie pétrolière !”

Toutefois, certains établissements qui se spécialisent dans les risques ont commencé à faire des rapprochements. Nationwide Mutual Insurance, qui vend de l’assurance agricole, a récemment annoncé qu’elle ne couvrirait pas  les dommages liés à la fracturation. Rabobank, la plus grande banque agricole, n’accorde plus les prêts hypothécaires aux agriculteurs qui ont signé des contrats de location pour l’exploitation du  gaz.

***

Les opérations pétrolières et gazières ont déjà affecté les producteurs d’aliments :

«J’ai perdu six acres de prairies de fauche lorsque la compagnie de gaz les a réquisitionné », explique Terry Greenwood, un propriétaire de ranch dans l’ouest de la Pennsylvanie. “Maintenant, je dois acheter plus de nourriture pour mes bestiaux.” (Comme d’autres agriculteurs touchés par le forage et la fracturation, il paie encore des impôts sur ses terres improductives.)

C’est la guerre des terres !

D’autres ont perdu l’usage de viviers ou de criques en raison de déversements de saumure.

«Nous avons 12.000 puits dans le  Bassin du Shale Bakken, et ils prennent chacun jusqu’à six hectares», explique Mark Trechock, ancien directeur du Conseil des  ressources  du Dakota . “C’est 72.000 hectares dédiés au gaz de schiste, sans compter les installations de stockage des eaux usées,  les routes d’accès, les aires de stockages d’équipements  .

” Avant le boom des forages, ce pays aurait pu produire le blé dur, l’orge, l’avoine, le canola, le lin, tournesol, haricots pinto, les lentilles et les pois. En Pennsylvanie, où près de 6500 puits ont été forés depuis 2000….C’est un manque à gagner pour l’agriculture.”

A l”est des Rocheuses, les forages intensifs et la fracturation ont fait considérablement  s’élever les niveaux de pollution atmosphérique ou de l’ozone troposphérique, ils sont plus élevés que ceux de Los Angeles.

L’ozone diminue de façon significative les rendements des cultures et réduit la valeur nutritive du fourrage.

Le torchage des gaz bruts peut acidifier le sol et envoyer des particules fines dans l’air; l’exposition à long terme à ce matériau est un danger pour le cœur humain et fait se développer des maladies pulmonaires et une perturbation du système endocrinien.

Plus tôt cette année, l’Agence de Protection de l’Environnement a  finalisé des normes qui exigent la réduction des émissions atmosphériques provenant des puits de gaz,  l’industrie a deux ans pour s’y conformer.

En plus de l’air pur, les agriculteurs ont besoin d’eau propre,  mais certains agriculteurs se trouvent en concurrence avec les entreprises énergétiques pour cette ressource de plus en plus précieuse. C’est une guerre de l’eau !

Aux enchères d’eau dans le Colorado, l’industrie du pétrole et du gaz a payé des services publics jusqu’à vingt fois le prix que les agriculteurs paient généralement. Dans le Wyoming, les éleveurs ont commencé à acheter de l’eau pour leurs bœufs, ne voulant pas risquer la santé de leurs animaux en les laissant  boire l’eau du ruisseau qui est peut-être contaminée. Mme Schilke a dépensé 4000 $ l’été dernier , en  pour transporter l’eau potable de la ville à son ranch. «Je devais faire la queue pendant des heures», dit-elle, «le plus souvent derrière des camions-citernes qui achetaient de l’eau pour  la fracturation des puits.”

***

Compte tenu de l’absence d’études sur les impacts du forage et de la fracturation sur les plantes et les animaux, ainsi que l’inspection inadéquate et le peu de traçabilité  dans la chaîne alimentaire, il est difficile de savoir quel est le niveau des risques pour le consommateurs,  risques auxquels ils sont exposés lorsqu’ils boivent du lait ou mangent de la viande , des légumes produits dans une zone de fracturation. Sauf,  bien sûr, si comme Jackie Schilke, vous vous sentez  en meilleure santé quand vous arrêter de manger la nourriture que vous avez produite sous le vent ou en aval de plates-formes de forage.

Mais les consommateurs eux , ne font pas de déductions et ils sont nombreux à ne se poser aucune question , ils ne cherchent pas à savoir où et comment leur nourriture est cultivée.

Ken Jaffe, qui  nourrit à l’herbe des bovins dans l’État de New York, explique : «Mon boeuf se vend. Ma ferme n’est pas touchée par  un forage à proximité, et les restaurants ne veulent pas entendre parler d’un forage à l’horizon… ”

Pas plus que les 16.200 membres de la Food Park Slope Co-op à Brooklyn, qui achète une vache par semaine à partir de Jaffe.

Que ce soit clair si la fracturation est autorisée dans l’État de New York, la coopérative devra cesser d’acheter aux fermes partout à proximité du forage en raison de craintes de contamination», explique Joe Holtz, directeur général de la coopérative. C’est 4 millions de dollars en ventes directes, avec des multiplicateurs économiques de haut en bas de la chaîne alimentaire locale, affectant maisons de semences, crémeries, fabricants d’équipements, etc.

Selon John Bingham, un agriculteur biologique dans l’État de New York, qui est impliqué dans la planification régionale, la baisse des prix des terres en raison des activités pétrolières et gazières fait fuir les investisseurs pour acheter des terres agricoles .

 

“La Fracturation est un danger pour la sécurité alimentaire ” dans les régions proches de sites d’exploitation », conclut Bingham.

 

 

 

Where Fracking Meets Farmland

Opérations de Fracking et  Terres agricoles

 

 

Ce n’est que récemment , que le  “mouvement d’alimentation locale ” du Nord Est a atteint un développement critique. A un moment où la tendance est  la recherche de produits locaux et cultivés de façon durable. (L’Etat de New York possède un nombre élevé d’exploitations agricoles, il s’élève au quatrième rang  des exploitations biologiques de la nation.)

L’ ambition énergétique de l’Etat pourrait se révéler , une épée à double tranchant. «Les consommateurs commencent à se demander  d’où vient leur nourriture », explique Stephen Cleghorn, un éleveur de chèvres en  Pennsylvanie.

Avec un œil vigilant sur  les remous liés à l’opposition au fracking en Pennsylvanie, de nombreux agriculteurs de l’Etat de New-York ont commencé à analyser leur eau à titre préventif, dans le cas où le gouverneur Andrew Cuomo lèverait le moratoire mise en place à l’heure actuelle et interdisant la fracturation.

Dans les cuisines “commerciales” d’une ville obsédée par la provenance de son prosciutto, des chefs comme Heather Carlucci-Rodriguez, l’un des fondateurs des “Chefs de Marcellus” et le chef pâtissier exécutif au restaurant “Imprimer Manhattan”, sont fermement décidés à garder un œil sur leurs fournisseurs régionaux.

«J’ai une carte de Marcellus et de mes paysans sur 
le mur de mon bureau,” dit Rodriguez-Carlucci au Brooklyn 
 événement vinicole.

«Jusqu’à présent, j’achète de tout ici. J’ai confiance dans le principe de précaution”.

 

“Nous ne devrions pas avoir à défendre notre terre et l’eau», dit-il avec un soupir.

«Nous devrions être des producteurs d’alimentation saine”.

 

Ne manquez pas le rapport Ellen Cantrow sur la lutte nationale contre la fracturation  (à l’origine sur TomDispatch.com).

Fracking farmland

Fracturation des terres agricoles

 

 


 

Avec l'aimable autorisation de Elisabelle Bourgue sur No Fracking France



04/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Gaz de schiste 2012 - Retour à tous les articles

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres



Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion