Fessenheim. Les prémices d'une catastrophe.


Chacun le sent bien, tout le monde le sait bien: le nucléaire est une impasse. En France, le lobby nucléo-militaro-industriel lui ne semble pas vouloir l'admettre. Trop d'intérêts financiers en jeu là aussi. Une impasse dis-je. Et un président qui s'entête, qui joue le sauveur de centrale, sauveur de filière, sauveur d'emplois, sauveur d'une prérendue indépendance énergétique. Somme de mensonges ou tout du moins d'approximations. Une impasse vers laquelle il nous emporte. Cette satanée énergie, qui pourtant montre ses limites ces jours de grand froid, a tous les défauts. Personne, et surtout pas le président, n'a la moindre idée de comment nous sortirons de l'ère nucléaire ni quel en sera le prix. Là où d'autres pays réorientent leur production, auront dans quelques années des solutions de remplacement, nous, nous nous enfermons dans une obstination insensée aux seules fins de satisfaire des ambitions et des intérêts particuliers.

 

A Fessenheim, Sarkozy nous précipite dans le mur.

 

 

 



09/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres