Des requins et des hommes.


Cette histoire de requins réunionnais me met en rage.

 

Tout ça parce qu’un surfeur s’est fait croquer la jambe par un squale. Un de ces adeptes de la glisse et de l’adrénaline qui semblent ignorer que quelques belles mâchoires rôdent près des plages.

Et quelle a été la réaction des autorités ? Inimaginable ! Tuer une vingtaine de requins ! Cela me rappelle quelques épisodes douloureux de l’histoire des hommes quand on choisit au hasard quelques martyrs pour faire l’exemple. Mais va-t-on comprendre le message chez ces grands poissons ? J’en doute. Cette décision est purement inique. On va sacrifier quelques animaux pour prétendument sécuriser les plages. Grotesque !

 

Je voudrais juste rappeler quelques petites choses simples.

 

Les pratiquants d’une activité de pleine nature ne doivent pas, ne peuvent pas ignorer qu’il existe des dangers objectifs. Ces dangers, on se doit de les accepter, d’en tenir compte, et d’agir en conséquence. Soit on assume ses choix, on accepte le risque, soit on reste chez soi. L’alpiniste demande-t-il que les pierres ne tombent pas, le marin demande-t-il que la tempête ne se lève point ?

 

Les requins sont apparus il y a quelques 420 millions d’années. Sous leur forme actuelle, ils ont quelques 100 millions d’années. Ces magnifiques animaux sont ici à leur place. C’est l’homme qui est l’intrus et qui doit respecter le maître des lieux.

 

Chaque année, les requins tuent une dizaine de personnes. Les méduses, dans le même temps, en tuent une centaine, les éléphants 600, les scorpions 5000 et les serpents 10 000. Si on valide la méthode des autorités locales, ne nous gênons pas ! Eradiquons toutes les espèces qui s’attaquent peu ou prou à l’homme. Ainsi, on en aura vite terminé.

 

Dernier rappel et non des moindres. Si l’extension de l’espèce humaine semble sans limite, le nombre de squales, lui, est en baisse régulière. De 30 à 70 millions d’entre eux périssent chaque année pour répondre à la demande des pays asiatiques qui lui prêtent des vertus aphrodisiaques. Grotesque ! Si les requins s’approchent autant des plages de nos jours, c’est bien que l’on a tellement modifié leur milieu de vie qu’ils cherchent leur nourriture dans de nouveaux territoires.

 

L’humain doit apprendre à composer avec la nature. Il y a toujours un tribu à payer à l’imprudence ou au moins à l’impudence.

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/artfichier_636480_1024522_20120703322478.gif

 

 



07/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Mes billets août 2012 -

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 210 autres membres