Dans les rues ruineuses de vie


Des maux si forts qui brisent et qui tuent.

Des mots si beaux qui disent l'espoir, la colère, la volonté, la détermination, la fraternité.

 

Des maux qu'on n'oubliera jamais.

Des mots qui a jamais nous auront mis debout, vivants, dignes!

 

Publié dans lundi.am, ces mots si forts, si vrais, si humains, éternels! Surtout lisez et que cela vous inspire pour écrire vous aussi...

 


Place de la République, au centre. Une femme est là. Son âge. Canonique. D’ailleurs elle porte un bonnet phrygien. Elle a une canne, qui la soutient et qu’elle brandit. Elle crie. Une voix de crécelle.
« Alors on va où ? » Elle veut marcher, elle veut en découdre.
En la voyant, agile il descend de la statue et s’approche d’elle. S’agenouille.
« Madame, vous avez vu, moi j’suis jeune, j’ai aucun mérite finalement à être là, mes genoux vont bien. Mais vous, là ! Avec votre bonnet de la révolution et votre canne, vous pouvez à peine marcher et vous êtes là avec nous. Vous êtes trop belle, madame. »

 

 

gilets.jpg

 

Pour lire la suite (21 autres textes) cliquez absolument ... ICI

 



29/01/2019
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres