Compte rendu réunion des collectifs à Valence


 Le 26 février 2011, Pascal PIVERON, Stéphanie MUZARD et moi-même, (Jean AZNAR), accompagnés par Frédéric INIZAN et un autre militant de Sarlat, avons assisté à la réunion de coordination des collectifs anti gaz de schiste de toute la France.

     Cette réunion, animée par José BOVE, Michèle RIVASI , Corinne LEPAGE et Hélène BRAS s’est déroulée dans une ambiance chaleureuse, motivée et constructive. Dès sa prise de parole, José BOVE a bien insisté sur le fait que notre mouvement ne devait, en aucun cas, être récupéré par quelque parti politique que ce soit, y compris le sien. Cette franchise a permis d’aborder les sujets en toute sérénité, sans à priori, et sans préjugés. José BOVE insiste sur les dégâts causés aux USA et au Canada par les forages. Il dénonce le mépris du gouvernement français à l’égard des citoyens et le manque de concertation flagrant lors des décisions prises par M. Borloo en mars 2010 pour accorder les autorisations d’explorer.

Il suggère que notre objectif, à compter de cette 1ère réunion, consiste à créer une structure cohérente, c’est l’élément de base, pour avoir une légitimité au niveau national. Il faut que la coordination soit crédible, avec des objectifs communs. Il est ensuite demandé aux équipes qui filment de se présenter et d’expliquer leur but. José demande à l’ensemble des personnes présentes si elles sont d’accord pour accepter d’être filmées. Hélène Bras, avocate à MONTPELLIER explique qu’il va falloir essayer, juridiquement, de faire capoter ces autorisations ou permis de forer. Il faudra étudier toutes les pistes possibles, aussi bien au plan local, qu’au plan national. Des cabinets d’avocats ont déjà commencé à se pencher sur

les décrets pris au journal officiel. Il semblerait que les 2 ministères concernés n’ont pas le même discours. A l’heure actuelle, on est dans l’incertitude. En ardèche, récemment encore, le préfet n’était pas encore au courant de ces permis !!!!! Hèlène Bras indique que dans cette affaire, le gouvernement a agi comme avec les O.G.M. dans l’opacité la plus totale. Pour les gaz de schiste, la con-certation n’a eu lieu qu’avec les industriels, et avec personne d’autre. C’est un déni de démocratie ! Le prétendu moratoire annoncé par Nathalie Kosciusko Morizet n’est qu’un leurre pour nous faire patienter 2 mois, en réalité, reculer pour mieux sauter. En outre, la récente réforme du code minier est seulement destinée à faciliter la tâche des compagnies pétrolières. Les décisions sont prises par ordonnance, et non à l’assemblée. L’éxécutif passe en force. A ce moment, Corinne LEPAGE, un peu agacée, s’empare du micro avec un peu de difficulté, et déclare qu’elle n’est pas tout à fait d’accord avec les propos d’Hélène, pour la façon d’attaquer les délivrances de permis !!Elle prétend que l’on peut attaquer même passé le délai de 2 mois annoncé par le gouvernement pour la mission d’étude sur ce sujet. Elle déclare qu’elle attaquera le code minier qui viole ouvertement le droit communautaire, et viole aussi le droit des régions. La modification de ce code en 2011 doit être ratifiée par le parlement. Mais il peut aussi s’y opposer.  Quelqu’un demande ce qu’est un permis exclusif. Corinne Lepage répond que c’est une autorisation donnée à une seule compagnie, nominativement désignée. Ce qui semblerait enfreindre le droit à la libre concurrence. Ces permis sont de 5 ans, renouvelables 2 fois, soit 15 ans. Elle demande à tous les collectifs de bien s’entendre pour attaquer ces permis . Il aurait fallu une enquête publique, et elle n’a pas eu lieu. Si on réussit à faire juger illégaux les différents permis, on pourra attaquer en annulation. A ce moment, la présidente nationale des Amis de la Terre, agacée, car pas d’accord avec les discours des 2 avocates, demande vivement de cesser tous ces aspects techniques qui s’éternisent et interroge Corinne Lepage et Hélène Bras pour savoir si elles sont prêtes à s’engager personnellement à défendre la coordination et à soutenir financièrement les collectifs dans ce combat. Corinne Lepage répond que dans le Gard, elle a agi de façon militante et qu’elle étudiera la meilleure façon d’agir dans le cas présent. Frédéric INIZAN, de Sarlat, demande alors comment notre petit collectif ( celui de Cahors/Sarlat) peut être aidé dans son combat et dans la phase actuelle ?

      Une représentante du collectif ardèchois explique qu’au niveau local, on peut opposer le code d’urbanisme, il y a des possibilités de recours, aussi avec le code de l’environnement. Mais encore faut-il pouvoir le faire dans les délais.

     Olivier KELLER ( élu régional) demande que tous les élus et les collectifs se regroupent afin de mieux attaquer les permis Il faut se fédérer : ( mairies, cantons, départements, régions, associations,collectifs ) ensemble pour avoir plus de poids.

      José Bové explique qu’après les cantonales on pourrait organiser une grande réunion à Toulouse, par exemple, pour mieux fignoler notre structure et se fédérer. Un certain Jean Louis CHUILLON affirme qu’un groupe de scientifiques a mis au point des panneaux d’information sur les gaz de schiste à destination du public, avec croquis et explications détaillées. Il donne ses coordonnées. Hélène BRAS reprend la parole pour préciser que s’il n’y a pas eu mise en concurrence des compagnies, il y a eu illégalité et donc les délivrances de permis sont annulables. José propose qu’il y ait un représentant désigné pour chaque collectif, qui puisse traiter du droit afin de créer une synergie au niveau régional, voire national. Il ajoute qu’il faudra trouver des moyens de s’autofinancer pour les recours juridiques ( créer une asso légalement inscrite au J.O. par exemple) pour collecter des fonds de toutes les façons légalement autorisées : vente d’autocollants, badges, posters, affiches, etc….

       Ensuite, de multiples intervenants prennent la parole pour parler de la diffusion tous azimuts du film Gasland de Josh FOX dans les régions.

      Prenant alors la parole, Fabrice NICOLINO dit que la situation en Ile de France est particulière. Il parle des magouilles entre la société Toréador qui a débuté les forages à Doue, et  BALKANY et consorts. Il suggère qu’on agisse physiquement sur les chantiers de forage. Se donner les moyens d’agir en tous lieux pour que la démocratie soit respectée. Il faut des manifs pour que les médias parlent de notre combat et des magouilles du gouvernement. Ces forages nous ont été imposés de façon violente, il faut les contrer par des rassemblements actifs.

      Michèle RIVASI demande qu’on se renseigne au sujet des compagnies qui forent pour savoir à qui on a affaire. Il faut que les élus locaux soient informés et que ce qui s’est produit en Seine et Marne ne puisse pas se reproduire ailleurs. En Suisse, il y a déjà des forages en cours, il faut prendre contact avec les gens de ces régions afin de savoir comment ils se battent. Il est demandé des volontaires pour occuper, à tour de rôle, le site de Doue et s’opposer aux machines et au personnel des compagnies, de manière active et non violente. Le rapport de la commission d’étude sur la gaz de schiste doit être remis à Nathalie Kosciusko Morizet  et Eric Besson le 15 avril. Il propose 1 journée d’action carabinée ce jour-là. Il ajoute que Josh FOX doit venir très bientôt présenter son film Gasland au parlement Européen  José,  Corinne et Michèle ont bien insisté sur l’importance pour tous de se mobiliser dans la durée, d’informer tous azimuts autour de nous, en impliquant élus, associations, syndicats, etc, en faisant abstraction de nos différences ou couleurs politiques, nous sommes citoyens avant tout !

José suggère que la coordination nationale demande rapidement une entrevue officielle avec les 2 ministres concernés, Nathalie KOSCIUSKO et BESSON. Ceci, afin de leur dire publiquement et en face le refus des Français d’accepter les permis de prospection et d’exploitation des gaz de schsite. Certains intervenants ont même lancé l’idée d’une grande coordination internationale, car en Pologne, Roumanie, Suisse et Suède, des forages ont déjà commencé !!!

    José propose que chaque territoire soit responsable de sa structure au plan local, au niveau action, gestion, etc…. et ensuite faire remonter au niveau national les infos, ceci, afin de ne pas alourdir l’activité des actions menées et de rester souples.

    Il propose également des réunions de coordination une fois par mois, en des lieux différents, afin de ne gêner parsonne et d’harmoniser les déplacements, etc…..

     Anne LACOUTURE, du collectif Ardéchois, centralise toutes les infos, adresses mails, noms et prénoms des différents représentants des divers collectifs. Elle fera une synthèse et un compte rendu écrit  de cette journée qui sera envoyé par lettre à tous les collectifs.

     Pierre BATTELLIER, un des 2 intervenants Québecois, venus  nous soutenir, nous dresse un tableau assez dramatique de ce qui se passe outre atlantique, Canada, U.S.A. Les grands groupes pétroliers achètent des territoires entiers pour accomplir leur sinistre besogne. Il existe là bas des permis pour 80% du territoire, énorme !!!! Il nous invite à nous  souder, nous coordonner, nous battre sans relâche. Au Québec, ils ont beaucoup de difficultés, à ,l’heure actuelle, à contrer les forages, car le chantage, les pressions et les grosses sommes d’argent versées aux propriétaires n’aident pas en ce sens. Il raconte les dégâts environnementaux désastreux et immenses, les milliers de camions qui circulent, les épandages de produits nocifs, etc……..Il nous conseille de faire appel à des spécialistes et géologues indépendants pour nous conseiller au plan juridique. Il souhaiterait que l’on puissse créer des jumelages France Canada, avec des villes connues, de façon à nous soutenir et nous aider mutuellement. Il recueille un torrent d’applaudissements. Le 2 ème intervenant Québecois est Norman MOUSSEAU, auteur du livre : La révolution des gaz de schiste aux éditions multi mondes. Il appuie les déclarations de son compagnon de lutte.

     Reprenant la parole, José BOVE nous indique qu’une délégation du parlement Européen se rendra début mars en Pologne voir ce qui se passe là bas pour rendre compte en France à leur retour.

     Les représentants du collectif de Seine et Marne nous expliquent qu’une occupation du Chantier de forage de Doue est déjà envisagée et en cours d’organisation. Si des volontaires en France peuvent se libérer pour les soutenir, ils seront ravis de les recevoir .

     Le représentant de France Libertés, présidé par Danièle MITERRAND nous apporte son soutien et nous propose éventuellement quelques fonds pour cela. Nous en prenons acte.

       Au final, tout le monde part à la manifestation à Villeneuve de Berg qui a rassemblé 10 000 personnes selon la police, mais en réalité il y a eu un énorme rassemblement de protestation avec près de 20 000 manifestants.

       Nous ne manquerons pas de vous informer au fur et à mesure de la marche de cette contestation qui enfle dans le pays et surtout des décisions prises par les collectifs pour lutter contre cela.

                                                                               à Crayssac, le 28 février 2011

                                                                                     Jean AZNAR.

 



04/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres