Abandon de l'exploitation du gaz de schiste dans le Luberon... Ce que cache peut-être cette décision...


Pas de permis de recherches de gaz ou d'hydrocarbures dans le Parc du Luberon. C'est officiel, la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal a officiellement signé l'arrêté de rejet de la demande du permis dit du Calavon, un permis déposé par Téthys Oil, une société suédoise et concernant une zone de 880 kilomètres carrés.

 

Bien sûr, on ne peut que se réjouir à cette nouvelle. Mais quand on a mauvais esprit, ce qui est mon cas je le sais, on peut également chercher des raisons « parallèles » et j’en ai trouvé une qui vaut ce qu’elle vaut.

 

Le Luberon n’est pas un territoire comme les autres. C’est le point de chute de nombreuses stars, un lieu privilégié de l’entre soi… De là à penser que ce refus est lié au désir de toutes ces célébrités de ne pas avoir de foreuses face à leur piscine, il n’y a qu’un pas que je franchis allègrement.

 

Jetez donc un coup d’œil à cette brochette de possibles opposants au gaz de schiste dans leur jardin.

 

Corinne Touzet, qui vit à Rous­sillon, Emanuel Ungaro, La Bastide-des-Jour­dans, Clémen­tine Céla­rié, Véro­nique Sanson, Claude Berri, Natha­lie Reims. Dans les rues de Bonnieux vous pouvez croi­ser Ridley Scott, Didier Bour­don, John Malko­vich, Guy Marchand, Jack Lang ou Emma­nuelle Béart dont la mère vit ici. Rajoutons à cette liste Nico­las Hulot, Jeanne Moreau, Elisa­beth Guigou, Tina Kief­fer, Maza­rine Pingeot, habitant Gordes, sans oublier Danièle Evenou, Josiane Balasko, Alain Ducasse Elisa Tovati, Kris­tin Scott Thomas et Elton John. Mais la liste est encore longue : rajoutons Michel Leeb, Michel Drucker, Bernard-Henri Lévy, Arielle Dombasle, Jean Reno, Mick Jagger, Renaud et Romane Serda, sans oublier Johnny Depp et Vanessa Para­dis.

 

Toutes ces braves gens vivent ici ou y ont leurs habitudes. Je ne peux pas imaginer un seul instant qu’ils n’aient pas influé sur cette décision. Imaginez leurs gentils petits paradis parfumés au méthane et décorés de derricks.

 



20/12/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres



Mais ils ne font guère mieux ceux d'aujourd'hui qui, avant de commettre leurs crimes les plus graves, les font toujours précéder de quelques jolis discours sur le bien public et le soulagement des malheureux.

Or ce tyran seul, il n'est pas besoin de le combattre, ni de l'abattre. Il est défait de lui-même pourvu que le pays ne consente point à sa servitude. Il ne s'agit pas de lui ôter quelque chose, mais de ne rien lui donner.

Ce maître n'a pourtant que deux yeux, deux mains, un corps, et rien de plus que n'a le dernier des habitants du nombre infini de nos villes. Ce qu'il a de plus, ce sont les moyens que vous lui fournissez pour vous détruire.

La Boétie