Une complainte arabo-andalouse déclenche une polémique.

humeur

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/j.gifusqu'où peut aller la bêtise et la haine? L’initiative de la professeure de musique du collège Rabelais de l’Escarène, de faire chanter à une classe de 5e une complainte amoureuse arabo-andalouse du Moyen-Âge a déclenché une avalanche de récriminations indignées de la part de parents d'élève et un déferlement de propos racistes et injurieux sur les réseaux sociaux!
Rendez-vous compte! Oser faire chanter à ses élèves une superbe complainte amoureuse au prétexte qu'elle est chantée en arabe! Mais où va se loger l'abrutissement xénophobe et raciste de ces gens? Certains sont même allés jusqu'à parler de "résistance républicaine"... Résistance à quoi? A l'amour, à la beauté, à l'art? Quelle inculture, quels esprits refermés, quelle bêtise!
Il faut dire que les paroles de ce chant sont d'une particulière violence, je vous en laisse juges!
« Quand elle est apparue marchant noblement, elle, mon amour, sa beauté nous a tués/Comme elle nous a regardés avec ses beaux yeux, une branche d’arbre s’est cassée/Mon problème c’est l’amour si ce n’est elle ? ».
Ces gens nous entrainent dans les basfonds de l'humanité, là où ne règne plus que l'obscurité et le froid! Cette dérive est à mes yeux d'une particulière gravité et alimente la haine et le rejet.
Cette prof a bien fait et elle a tout mon soutien. C'est en ouvrant l'esprit des gens qu'on en fait des citoyens responsables, éduqués et cultivés. Tant pis pour ces étroits du bonnet, ces propres à rien (aryens?), ces ignares. Ils sont la négation de l'humanité, la fange dans laquelle ils entendent nous entraîner.
La "résistance", c'est à nous à la déclarer pour qu'ils ne nous emportent pas dans leur nihilisme fatal.

Pour appuyer mon propos, je vous offre le chant en question. C'est d'une beauté inouïe!


 



15/12/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres