2012 - Nouvelle révélation sur la vulnérabilité des réacteurs français


Le Réseau "Sortir du nucléaire" a été destinataire de plusieurs documents internes à EDFmontrant la vulnérabilité de certaines pièces du circuit primaire des réacteurs. Victimes de l’usure thermique, elles pourraient se rompre brutalement, ce qui pourrait mener à un accident grave et difficilement maîtrisable. Nous vous invitons à lire les documents ainsi que l’analyse qui les accompagnait, réalisée par notre informateur EDF.


Exclusif : EDF laisse en place des éléments vulnérables à la rupture sur les circuits primaires de 31 réacteurs nucléaires

Communiqué de presse du Réseau "Sortir du nucléaire" du 2 mai 2012

Le Réseau "Sortir du nucléaire" révèle des documents internes à EDF qui démontrent que l’industriel a des doutes sur la résistance de l’acier de 118 pièces de robinetterie qui pourraient brutalement rompre. Ces robinets font tous partie des circuits primaires de 31 réacteurs nucléaires 900 MWe. EDF a décidé en conscience de laisser fonctionner ces 31 réacteurs nucléaires malgré ce risque affectant la partie la plus critique d’un réacteur nucléaire : le circuit primaire qui assure le refroidissement du combustible nucléaire et comprend la cuve du réacteur. Le Réseau "Sortir du nucléaire" dénonce une grave mise en danger des populations et demande l’arrêt le plus rapide possible des 31 réacteurs affectés.

Pas besoin de séisme, de tsunami, ni même d’une erreur humaine pour provoquer la fusion d’un cœur de réacteur nucléaire en France. Des documents internes à EDF ont été fournis au Réseau "Sortir du nucléaire" par un certain Monsieur « Atome », agent d’EDF. Ces documents, accompagnés d’une synthèse, montrent que certains composants (robinets, clapets et vannes) du circuit primaire de 31 réacteurs de 900 MWé sont particulièrement sujets à l’usure due à la dégradation thermique des métaux et pourraient se rompre brutalement.

Dans les différents scénarios présentés dans les documents EDF, cette rupture brutale, si elle avait lieu sur certains robinets affectés par le vieillissement thermique aurait pour conséquence une perte importante de liquide de refroidissement primaire. Même l’injection d’eau de secours ne pourrait pas compenser cette baisse du niveau d’eau dans la cuve du réacteur. Le cœur du réacteur ne serait plus suffisamment refroidi et commencerait à fondre. Dans le pire des scénarios accidentels, la rupture de la cuve surviendrait en moins de 90 minutes. Le personnel de la centrale assisterait alors, impuissant, à un accident majeur avec risque de contamination massive et rapide de l’environnement.

Alors que les documents montrent qu’EDF a parfaitement conscience du problème, le remplacement des 118 pièces concernées ne semble pas à l’ordre du jour. L’électricien prévoit une simple campagne de mesures des robinets qui s’achèvera... en 2015 !

Malgré ses beaux discours sur la sûreté nucléaire, malgré la catastrophe de Fukushima, EDF continue à privilégier les économies sur la sûreté nucléaire.

Cette révélation de vulnérabilité ne fait que s’ajouter à la longue liste des anomalies et défauts d’usure qui s’accumulent sur le parc nucléaire français. La poursuite d’exploitation des réacteurs vieillissants nous condamne à vivre avec une épée de Damoclès pendue au-dessus de nos têtes, dont le fil ne cesse de s’amincir.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" demande la fermeture au plus vite des 31 réacteurs concernés, et appelle le futur président de la République à une prise de conscience en urgence du risque nucléaire.

 


Analyse et documents à télécharger

  • Analyse : Ce texte, rédigé par notre informateur, effectue la synthèse des différents documents et met en évidence les conséquences d’une rupture brutale de certains clapets et valves du circuit primaire : dans certains cas de figure, un accident grave pourrait arriver au bout de quelques heures, sans possibilité d’y remédier.
  • Doc 1 : Ce document EDF récent, datant de décembre 2011, nous apprend que les études de résistances menées sur 118 composants du circuit primaire, concernant 31 réacteurs, n’"ont pas permis d’obtenir des résultats favorables"..."
  • Doc 2 : Ce document EDF détaille les caractéristiques des équipements de robinetterie soumis à la fatigue thermique.
  • Doc 3 : Liste des différents composants de robinetterie du circuit primaire et de leurs fournisseurs.
  • Doc 4 : Ce document EDF décrit le comportement d’un réacteur lors d’un accident de perte de refroidissement primaire dû à une brèche dans le circuit primaire.
  • Doc 5 : Ce document EDF est destiné aux équipes de crise. Il présente les résultats de calculs étudiant différents scénarios accidentels, notamment en cas de brèche sur des tuyauteries. Certains scénarios prévoient la rupture de la cuve en quelques heures seulement, voire encore plus rapidement si certains systèmes font défaut.


 



15/05/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Nucléaire - Retour à tous les articles

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres



Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion