Qui sème le vent...


L’empreinte des idéologues en vogue à l’UMP est de plus en plus marquée. Guaino dans l’écriture des discours et Buisson en arrière plan entraînent cette campagne sur une pente extrêmement dangereuse.   Les thèmes et leurs mots sont porteurs d’une telle violence ! «J’aime la France » les autres non bien sur. « Je suis le candidat du peuple » tout son passé témoigne en effet de cette passion pour le peuple. Ce recentrage sur le pays, la nation, le peuple, l’homme providentiel, tous ces thèmes qui rappellent de sombres époques. Preuve de cette droitisation, de cette tendance à un discours de repli et de stigmatisation, les propositions de référendums, « faire trancher le peuple » lui qui s’en est tellement moqué. Immigrés et chômeurs fainéants… Pourquoi pas plutôt « référendum d’initiative citoyenne », « poursuite ou non du tout nucléaire », « renflouement des banques sur les deniers publics »…

Se rajoute à cela depuis Marseille la violente attaque contre les corps intermédiaires, associations, syndicats, qui selon l’oligarque seraient des freins à la réforme. Là, il pousse le bouchon un peu loin ! ferait-il à son tour référence à l’ennemi intérieur? Il faut rappeler que ce type de discours a accompagné la montée du fascisme en Europe dans les années trente.

Pour se maintenir en dépit de son bilan catastrophique, Sarkozy sème le vent. Il tient un discours d’un autre temps. Agressive, sans idée, la campagne telle qu’il semble la souhaiter peut devenir un vrai pugilat d’où n’émergera aucune idée d’avenir. D’idée d’avenir, il n’en a point du reste. Juste préserver sa place au profit des ses amis, continuer dans la voix de l’hyper président, sans partis politiques, sans associations, sans contre pouvoir, avec juste quand il en éprouvera le besoin le recours au référendum pour des sujets dans l’air du temps et pour lesquels  il ne risque pas le refus. Je le dis sans hésiter, sans peur, cette vision du monde est une vision fascisante. Même la "dangereuse gauchiste" Corinne Lepage dénonce ces propos ! C’est dire s’ils sont outranciers.

 

Alors, Monsieur le Président, continuez comme ça, semez et semez encore ce vent de mépris, et vous aurez à affronter la tempête !

 

 



20/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Mes billets février 2012 - Retour à tous les articles

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres



Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion