«Les paradis fiscaux, création de la classe dominante?»


Pour ceux qui ont peu de temps, ou qui sont parfois effrayés par la longueur de certains articles, j'ai fait un résumé d'un intéressant  article publié par le journal l’Humanité qui a donné la parole à Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, sociologues, anciens directeurs de recherche au CNRS.

 


 

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/d.gifans leur dernier ouvrage, Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon 
montrent que la fraude est devenue une « pratique systémique et une arme de l’oligarchie pour asservir les peuples ».

 

Ils y montrent que, au-delà des clichés « touristiques » sur les paradis fiscaux destinés à amuser la galerie, ces derniers  « sont une création de la classe dominante pour empêcher de comprendre que la fraude fiscale est une pratique systémique de la classe oligarchique, qui ne veut plus contribuer à une quelconque solidarité avec les peuples. »

 

Ils révèlent les « manipulations idéologiques » permettant de faire main basse sur l’argent public. Ils ont magnifiquement réussi à se présenter comme des créateurs de richesses transformant les ouvriers, les vraies chevilles ouvrières de l’entreprise en coûts et en charges.

 

Ils dénoncent des sociétés occidentales pourries par le culte de l’argent et la volonté d’enrichissement. Leur argent placé dans des pays où l’impôt n’est rien moins que symbolique, ils transmettent « la fraude » de génération en génération comme un bien familial.

 

L’oligarchie s’appuie sur son expertise et une « nébuleuse utile » qui l’entoure et la sert. L’oligarque n’est jamais seul et démuni face au droit, pas l’ouvrier.

L’oligarchie se protège également grâce à un langage qu’elle est la seule à maîtriser. Langage de spécialiste, qui diffuse un discours qu’il devient impossible de contester. Les fondements du « il n’y a pas d’autre alternative ».

 

Mais me direz-vous, certains se font bien parfois prendre pas la patrouille ?

 

Ne rêvez pas ! Les gros poissons négocient avec le ministre du Budget. On parle entre soi : on est du même monde. Dans les bureaux feutrés de Bercy, les choses ne peuvent que s’arranger. Même dans la fraude, on n’est pas à égalité. Le petit fraudeur aura affaire avec la justice, les plus gros fraudeurs ne seront pas inquiétés. Relations, pouvoir, l’oligarchie sait se mettre à l’abri.

Mais l’Europe ? 

 

Ne vous y trompez pas, cette Europe est celle de la concurrence et du moins disant social. Il est tout de même comique que le Luxembourg soit le seul pays à avoir eu trois présidents de la Commission européenne, soit un pays où l’on ne paie que très peu d’impôts, et attire de ce fait les multinationales sur son territoire.

 

L’Europe perd chaque année quelque 1000 milliards d’euros, la France, 60 à 80 milliards et sans doute plus. De quoi résorber tous les déficits !

Un autre leurre au service de l’oligarchie :

 

Les fondations.

 

L’avantage ? Défiscalisées, elles permettent la fraude clean et glamour… On pille tout en soignant son image.

Et puis, tant que vous regardez la fondation, vous ne tournez pas les yeux ailleurs. Magnifique écran de fumée.

 

Une question pour finir :

 

Comment tous les gens qui paient docilement leur impôt ne se révoltent pas devant pareille fraude ?

Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon rappellent que, sans cette fraude fiscale, il n’y aurait pas de dette, ni de déficit public ni de trou de la Sécurité sociale. Ils montrent que la classe dominante, que l’on retrouve au sommet de l’État, de la finance, des médias, de la culture, de la religion, construit des outils pour asservir les peuples.

 

Et de conclure :

 

« Les citoyens n’ont pas idée des montages diaboliques et des rouages d’une machine criminelle que les bourgeois sont capables de monter à l’aide d’avocats fiscalistes. Les dominants instrumentalisent le secret. Tenter de percer le secret bancaire, le secret fiscal et bientôt le secret des affaires, c’est aller de l’autre côté de l’iconostase. C’est toucher au sacré. Il y a un sentiment de peur et de tétanisation extrêmement violent qui fait qu’on préfère ne pas bouger. »

 



16/10/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Mes billets octobre 2017 - Retour à tous les articles

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres



Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion