Le gaz de schiste n'arrêtera pas le pic pétrolier, mais pourrait créer une crise économique


Traduction personnelle d'un intéressant article publié dans The Guardian


 


Les allégations « exagérées » de l’industrie pétrolière « tirent » les prévisions de croissance pour les 5 ans à venir…

 

Un nouveau rapport, la semaine dernière, de la US Energy Information Administration (EIA) a doublé les estimations des ressources de pétrole et de gaz disponibles au niveau mondial "techniquement récupérables ». Le rapport indique que les ressources «de schiste» pourraient potentiellement augmenter les ressources mondiales de pétrole de 11 pour cent.

Reconnaissant certaines failles dans sa nouvelle étude, confiée à l'énergie cabinet de conseil « Advanced resources International Incorporated » (ARI), l'EIA déclare:

"Ces estimations de ressources de gaz de schiste et de pétrole de schiste sont très incertaines et le resteront jusqu'à ce qu'elles soient prouvées de manière intensive avec des puits de production."

 

Le rapport estime les ressources de schiste à l'extérieur des États-Unis par une extrapolation basée sur "la géologie et les taux de récupération des ressources de formations schisteuses similaires aux États-Unis." Par conséquent, l'EIA reconnaît que «l’évaluation des ressources de schiste techniquement récupérable au plan mondial et économiquement rentable n'est pas encore claire."

Il ya deux ans, à la suite de la publication du rapport de l'EIE Avril 2011, une enquête du New York Times a obtenu des communications internes de l’EIA montrant comment les hauts fonctionnaires, y compris les consultants et experts du secteur de l'énergie se sont montrés sceptiques quant aux perspectives du gaz de schiste.

Un document de l'EIE interne a montré que les compagnies pétrolières avaient exagéré « L’abondance et la rentabilité du gaz de schiste » en mettant en évidence des performances relevées uniquement sur les meilleurs puits, et en utilisant des modèles trop optimistes pour les projections de la productivité au cours des décennies. Le New York Times a rapporté que souvent, l'EIE "s'appuie sur la recherche de consultants externes ayant des liens avec l'industrie."

Les dernières estimations de gaz de schiste de l’EIA ne font pas exception. 

L’ARI, comme l’écrivait l’aeticle du New Tork Times de 2011 a «d’importants clients dans l'industrie du pétrole et du gaz» et le président de la société, Vello Kuuskraa, est «un actionnaire et membre du conseil d’administration de Southwestern Energy, une société d'énergie fortement impliqué dans le forage de gaz de schiste de Fayetteville dans la formation de l'Arkansas".

Des études indépendantes publiées au cours des derniers mois jettent un doute encore plus grave sur la viabilité de l'essor du gaz de schiste.

Un rapport publié en Mars par l'Energy Watch Group, basé à Berlin (EWG), un groupe de scientifiques européens, a entrepris une évaluation globale des taux de disponibilité et de production de pétrole et de gaz dans le monde concluant que:

"... La production mondiale de pétrole n'a plus augmenté, mais connaît  un plateau depuis environ 2005."

 

La production de pétrole brut était "déjà en légère baisse depuis environ 2008." Toutes ces données ont été corroborées par l' Agence internationale de l'énergie (AIE) en 2010 .

Le nouveau rapport prédit que que la production de gaz de schiste connaîtré très probablement son pic en 2015. Les perspectives de gaz de schiste en dehors des États-Unis ne sont pas comparables aux gains réalisés jusqu'ici, car "les conditions géologiques, géographiques et industrielles sont beaucoup moins favorable."

En conséquence, les prix mondiaux du gaz sont susceptibles d'augmenter plutôt que de suivre la tendance américaine initiale. Dans le même temps, la production de pétrole conventionnel va continuer à baisser. Le résultat est que les Etats-Unis "ne deviendront pas un exportateur net de pétrole."

Une étude de l'Institut Post-Carbon rédigé par le géologue David Hughes, qui a travaillé pendant 32 ans en tant que directeur de la recherche à la Commission géologique du Canada, a analysé les données de production des États-Unis pour 65.000 en utilisant une base de données largement utilisé dans l'industrie et le gouvernement. Tout en reconnaissant que de schiste a considérablement inversé "le déclin de longue date du pétrole américain et de sa production de gaz", cela ne peut que:

«... Fournir un répit temporaire avant d’être à traiter des problèmes réels: les combustibles fossiles sont limités et la production de nouvelles ressources en combustibles fossiles tend à être de plus en plus coûteuse et dommageable pour l'environnement."

 

Bien que représentant près de 40 pour cent de la production américaine de gaz naturel, la production de gaz de schiste a "atteint un plateau depuis décembre 2011 à 80 pour cent de la production de gaz de schiste provenant de cinq zones", dont certaines sont déjà en déclin.

"Les taux de déclin très élevés de puits de gaz de schiste nécessitent des entrées continues de capitaux - estimées à 42 milliards de dollars par an pour forer plus de 7.000 puits - afin de maintenir la production. En comparaison, la valeur du gaz de schiste produite en 2012 était de 32,5 milliards $. ».

Le rapport conclut ainsi:

«Malgré le fait que, en théorie, certaines de ces ressources sont en très grande volumes in situ, le taux de récupération et le coût d'acquisition ne leur permettra pas de limiter la hausse des coûts de l'énergie et les lacunes potentielles d'approvisionnement."

 

L'auteur du rapport Hughes a déclaré que: "Le prix est extrêmement important, mais pas pris en compte dans ces estimations." Il a ajouté: «Seule une petite partie [des ressources totales estimées], probablement moins de 5-10 pour cent seront recouvrables à bas prix ...

"Le gaz de schiste peut continuer à croître, mais seulement à des prix plus élevés et que la croissance va nécessiter une quantité sans cesse croissante du nombre de forages et des coûts financiers et environnementaux connexes associés - et sa viabilité à long terme est très discutable."

Un autre rapport a été publié par le Forum des politiques de l'énergie, et rédigé par l'ancien analyste de Wall Street Deborah Rogers - aujourd'hui conseiller au ministère de l'Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives. Rogers avertit que l'interaction des contraintes géologiques et de « l'exubérance » financière créent une bulle insoutenable. Son rapport montre que l'huile de schiste et de gaz ont été:

"... Surestimé au minimum de 100% et de près de 400-500% par les opérateurs selon les données de production réelles et déposés dans plusieurs Etats ... Les puits de pétrole de schiste suivent les mêmes taux de forte baisse et de mauvaise efficacité de la récupération observée dans les puits de gaz de schiste. "

La surproduction délibérée tire les prix du gaz vers le bas. L'industrie doit encore servir des niveaux élevés de dette pour des emprunts excessifs justifiés par des projections exagérées:

Cherchant à éviter l'effondrement pur et simple, affirme le rapport, les Etats-Unis ont augmenté fortement les exportations de gaz de sorte qu'ils peuvent exploiter la différence entre les prix intérieurs et les prix internationaux "pour consolider leurs investissements dans des actifs de schiste."

Rogers, qui a témoigné le mois dernier devant le Comité sénatorial de l'énergie et des ressources naturelles, a également exprimé son scepticisme à propos de la dernière évaluation de l'EIE:

"L'EIE admet qu'ils ont surestimé la production de gaz dans leur évaluation Mars 2013 pour 2012."

Elle a ajouté qu'«il s’agit certainement d’une bulle." Bien qu’elle n'aurait sans doute pas un impact aussi dévastateur que la crise bancaire, elle a ajouté :

«Les majors pétrolières ont des pertes, mais les petits indépendants sont beaucoup plus ‘secoués ‘. Chesapeake et d'autres sont en difficulté, comme Devon, Continental, Kodiak et Range. Sans exception, ils ont tous eu une détérioration significative de leur trésorerie disponible depuis 2010. Cette n'est évidemment pas durable. "

 

Les petites entreprises et leurs biens sont absorbés par les grandes compagnies pétrolières au moyen de fusions et d'acquisitions. Rogers a déclaré:

«Alors que les « shales » devraient être un pont vers la transition énergétique, nous entendons un discours beaucoup trop euphorique sur les gaz de schiste annonçant environ 100-200 ans de production. Par conséquent, pas besoin de s'inquiéter, continuons comme d'habitude. Ceci est très problématique à mon avis. Nous devons à l’échelle mondiale engager la transition énergétique. "

 

Dr Nafeez Ahmed est le directeur exécutif de l' Institute for Policy Research & Development et auteur du Guide de l'utilisateur à la crise de civilisation: Et comment l'enregistrer parmi d'autres livres. Suivez-le sur Twitter @ nafeezahmed

 


 

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/artfichier_636480_1024513_201207033102921.gif

 



24/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres