La violence policière en France est hors de contrôle..


Traduction d'un article du journal The Independant, puisqu'il faut se tourner vers la presse étrangère pour des analyses non complaisantes de ce pouvoir!

 


 

j.gif

'ai vu des enfants être gazés sur les Champs-Elysées la semaine dernière - la violence policière en France est hors de contrôle.

 

Même dans une ville aussi traditionnellement turbulente que Paris, les récentes scènes de violence policière ont été exceptionnellement choquantes. Au cours des dernières semaines, les victimes allaient de journalistes et d'étudiants à des environnementalistes et des demandeurs d'asile.

Quels que soient leurs antécédents ou leurs convictions politiques, tous ont été considérés comme des cibles légitimes pour les paramilitaires lourdement armés entraînés à faire face à toute action perçue comme une menace à l’ordre avec une brutalité extrême. Ces spécialistes de la lutte antiémeute - et il y en a des milliers - considèrent l'été comme une période où toutes sortes de personnes d'indésirables descendent dans la rue, et ils ne voient rien de mal à imposer leur autorité aussi durement que possible.

L'horreur pure et simple de la situation a été mise en évidence la semaine dernière sur les Champs-Elysées où - comme d'habitude - le catalyseur de nombreux désordres sociaux a été les forces de l'ordre françaises qui utilisent des armes chimiques sur leurs propres citoyens.

Des vidéos tournées sur la plus célèbre avenue du pays montrent de jeunes enfants luttant pour échapper aux nuages de fumées créées par les gaz lacrymogènes qui sont interdits dans les zones de guerre. Aussi étonnant que cela puisse paraître, la police française est autorisée à utiliser des substances destinées à brûler les yeux, la bouche et les poumons de civils ordinaires, mais, en raison des traités internationaux, les soldats qui se heurtent à de véritables ennemis ne le sont pas.

Le Comité international de la Croix-Rouge a d'abord rendu illégales les armes chimiques et biologiques sur le champ de bataille après que les forces françaises eurent lancé des grenades de 22 mm remplies de bromoacétate de lachrymate d'éthyle sur les Allemands pendant la Première Guerre mondiale, mais sans étendre cette interdiction aux forces intérieures.

Des centaines de bombes pleuvaient sur des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants qui fêtaient la qualification de l'équipe nationale algérienne de football pour la finale de la Coupe d'Afrique des Nations, et même après sa victoire vendredi soir. Parmi eux se trouvaient des familles avec des tout-petits en poussette.

Parmi les autres, il y avait le genre de jeunes hommes d'apparence nord-africaine que la police française, et en particulier celle de Paris, ont tendance à mépriser. Il y a eu d'innombrables affrontements au cours des dernières décennies, la plupart liés à la guerre d'indépendance de l'Algérie vis-à-vis de la France, qui s'est terminée par une victoire en 1962. Les atrocités domestiques liées au conflit ont impliqué des manifestants algériens qui ont été torturés, battus à mort et noyés dans la Seine par la police.

Les tensions post-coloniales entre une vaste diaspora algérienne vivant dans des villes comme Paris et Marseille n'ont nullement disparu, et il ne fait aucun doute que les victoires sportives peuvent faire émerger des voyous, comme c'est le cas lorsque des équipes comme la France ou Paris Saint-Germain gagnent des matches clés.

Rien de tout cela ne justifie cependant pareilles violences contre des foules d'innocents extrêmement pacifiques. J'ai entendu les cris de ceux qui étaient pris dans les pires mêlées, y compris les garçons et les filles en pleurs qui vomissaient et tremblaient de peur quand les fumées se répandaient. C'était une soirée douce, et il n'y avait presque pas de cachette sur les Champs-Elysées même.

Au fur et à mesure que le nombre de projectiles de gaz augmentait, beaucoup d'adolescents fans se sont retrouvés dans des rues secondaires, où des pillages et des actes de vandalisme ont eu lieu. C'est un schéma classique que j'ai enregistré en couvrant de nombreuses émeutes à Paris, notamment celles impliquant le mouvement anti-gouvernemental Gilets jaunes qui ont causé des millions d'euros de dégâts dans la seule capitale. Encore une fois, le problème est absolument inexcusable, mais la contribution du gaz à des situations déjà très tendues est indéniable.

Malgré tout cela, seuls les médias de langue anglaise ont rendu compte du gazage des enfants. Les médias français étaient au contraire pleins d'affirmations erronées. Non, un supporter de football algérien n'est catégoriquement pas responsable d'un tragique accident de la route dans la ville de Montpellier, au sud du pays, dans lequel une jeune mère est morte.

Les incidents ont également été provoqués par les habituels et hypocrites agitateurs d'extrême droite. Marine Le Pen, leader du Rassemblement national, parti fondé sous le nom de Front national par des ultra-nationalistes racistes et racistes exaspérés par la perte de l'Algérie, a appelé à l'interdiction des supporters de football sur les Champs-Elysées après avoir activement encouragé les gilets jaunes beaucoup plus destructeurs et violents à s'y rendre.

Lorsque j'ai parlé pour la première fois de l'utilisation de plus en plus scandaleuse du gaz par la police parisienne en décembre, Aurélie Bonal, porte-parole en chef de l'ambassade de France à Londres, a utilisé Twitter pour nier que le gaz lacrymogène était une arme chimique. Malgré toutes les preuves scientifiques et juridiques prouvant le contraire, elle a déclaré qu'il était contraire à l'éthique de le décrire comme tel.

Au-delà d'une mère qui tente désespérément de protéger sa progéniture des effets ignobles de ces armes chimiques, d'autres films qui ont été largement diffusés depuis lors montrent la police anti-émeute de Paris pulvérisant des manifestants pacifiques pour l'environnement comme s'ils étaient des insectes.

Un extrait particulièrement troublant de la vidéo montre un officier costaud arrachant illégalement les lunettes de soleil et les lunettes de protection d'un manifestant, s'assurant ainsi que ses yeux ne soient pas protégés des produits chimiques. Plus de cinq litres de produits ont été utilisés en moins de 30 minutes, et le commandant lui-même faisait partie de ceux qui se sont évanouis en s'étouffant sur le pont Sully, d'après un rapport de police.

Il s'agit d'un abus de pouvoir caractérisé que les membres du gouvernement du président Emmanuel Macron doivent enfin reconnaître et contre lequel ils doivent agir.





22/07/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres