La police française est considérée comme l'une des plus violentes d'Europe.


Quand son pays suscite pareils commentaires à l'étranger!

 

Traduction d'un article de Die Zeit

 

 

Avec des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes et des canons à eau.

 

La police française est considérée comme l'une des plus violentes d'Europe. Après une opération contre les participants à un festival de musique, une personne a disparu.

 

Annika Joeres

 

Un festival de musique pour les fans d'électro aux bords de la Loire le week-end dernier. Les jeunes visiteurs ont dansé jusqu'au matin - puis les policiers sont arrivés. Ils ont demandé aux jeunes Nantais et Nantaises de quitter les lieux, la fête de la musique étant terminée. Mais les visiteurs du festival voulaient continuer à faire la fête. Peu de temps après, ils ont remonté le son. Des bouteilles de bière auraient également volé contre des fonctionnaires. Et la police française s'est déchaînée. Des gaz lacrymogènes ont employés, une grenade fumigène a même été lancée - à la fin, les policiers ont lâché les chiens sur les danseurs. C'est ce que rapportent les médias français.

Dans la panique, plusieurs d'entre eux sont tombés dans la Loire profonde ici de sept mètres, 14 personnes ont été retirées de l’eau du plus long fleuve de France par les pompiers. Mais Steve Caniço, 24 ans, est toujours porté disparu, bien qu'on le recherche avec des chiens, des plongeurs et des drones depuis samedi. Un ami de l'animateur dit à la radio qu'il ne sait pas nager. Les opérations de recherche sont toujours en cours à Nantes.

Entre-temps, le ministre français de l'Intérieur, Christoph Castaner, a chargé l'IPGN, l'autorité d'inspection de la police française, d'enquêter sur cet incident. Mais le déploiement brutal de la police n'est pas un incident isolé. La police française est considérée comme particulièrement violente, son arsenal d'armes est beaucoup plus important que celui des allemands. Ils peuvent, par exemple, utiliser des canons à eau et des gaz lacrymogènes, tandis que la police française peut lancer six grenades à main supplémentaires et, surtout, utiliser les Flashballs, particulièrement controversées : Ces balles en caoutchouc ont déjà défiguré le visage de dizaines de personnes.

Il y a eu de fréquentes protestations en France contre la dureté de la police. Pendant des mois, les gens sont descendus dans la rue, en particulier dans la banlieue parisienne, pour protester contre les contrôles sévères et violents effectués par la police. La police a également utilisé la violence contre les gilets jaunes. Tout cela a même valu des critiques internationales aux forces de sécurité françaises. Les événements de Nantes n'apaisent pas le débat.
La violence n’épargne pas non plus les journalistes.

Michelle Bachelet, responsable des droits de l'homme à l'ONU, n'a pas hésité à comparer la France à d'autres pays comme le Soudan. "Je suis préoccupée par la répression des manifestants au Venezuela, en France et au Soudan ", a-t-elle déclaré début mars. L'Association Reporters sans frontières a également dénoncé les encerclements et les blessures infligés aux journalistes par la police malgré leurs gilets de presse visibles, ainsi que la destruction délibérée de leurs caméras et microphones. Conséquences pour la liberté de la presse : Certains photographes n'ont plus osé prendre des photos lors de manifestations. C'est aussi la raison pour laquelle la France n'occupe que la 32e place dans le classement de la liberté de la presse - l'Allemagne occupe la 13e place - les statistiques sont établies chaque année par Reporters sans frontières.

Mais alors que les médias font de plus en plus souvent état d'abus commis par des fonctionnaires de police, le Président français Emmanuel Macron et son ministre de l'Intérieur refusent d'utiliser le terme "violence policière". "La violence policière est un vocabulaire indigne d'un État de droit ", a récemment déclaré M. Macron lors d'un débat - comme si la formulation était le problème et non l'action. Les politiciens se méfient généralement des critiques publiques à l'égard de la police. La préoccupation sous-jacente est que la critique des forces de sécurité pourrait être interprétée comme une critique de l'État lui-même.

 

Le Pen défend la police

C'est surtout l'extrémiste de droite Marine Le Pen qui soutient en public la police à tout moment : son parti défend la loi et l'ordre. La protection inconditionnelle de la police est toujours bien accueillie par ses électeurs et par la majorité des citoyens français conservateurs.

Pourtant, la violence policière n'a jamais été aussi évidente que lors des manifestations des gilets jaunes qui, à l'origine, sont descendus dans la rue pour offrir une vie meilleure aux personnes pauvres et aux invisibles. Dans des vidéos tournant en boucle, les policiers pouvaient être vus non seulement sur Facebook et YouTube, mais aussi dans les médias, matraquant les manifestants, visant la foule avec des canons à eau, ou tirant sur des gens au sol avec des balles en caoutchouc. D'autre part, les gilets jaunes sont également devenus violents, les fameux black blocs ont jeté des pierres sur les policiers et mis le feu aux barricades. Ces auteurs ont cependant été condamnés directement dans la grande majorité des cas. Les fonctionnaires attaqués, équipés de casques, de bottes et de gilets de protection, ont été légèrement blessés dans la grande majorité des cas. Les manifestants, eux - et parfois de simples passants - ont souvent été blessés plus grièvement. Certains d'entre eux, même pour le reste de leur vie.

Selon David Dufrenes , 24 personnes ont perdu un œil et cinq une main depuis que les manifestations de gilets jaunes ont débuté. Depuis le début des manifestations, le journaliste a recueilli et vérifié tous les témoignages de violence policière pendant des jours et des nuits. Dufrenes a commencé ses recherches après avoir vu une vidéo d'un étudiant à Bordeaux frappé par une balle en caoutchouc avec la tête ensanglantée couché sur le sol. Il pensait à sa fille. Il dit aussi : "Après chaque manifestation, l'Etat ment sur la violence de ses fonctionnaires.

Selon ses statistiques constamment mises à jour, plusieurs centaines de personnes ont été blessées à la tête, certaines aux les organes génitaux et aux jambes. La plupart des victimes étaient des manifestants, mais on compte également plus de 100 journalistes, 48 mineurs et même 33 médecins.

Les victimes qui arrivent tous les samedis - c'est le jour habituel des manifestations - ont également choqué les médecins et les infirmières de l'hôpital. Laurent Thines, neurochirurgien à l'hôpital de Besançon, a lancé une pétition pour interdire les balles en caoutchouc LBD. Une balle de LBD a touché une tête à 320 kilomètres à l'heure - c'était comme lancer une dalle de béton de 20 kilos à un mètre au-dessus de la tête. "Nous sacrifions trop de vies," dit Thines.

Pas d'erreurs de la part des policiers ?

En fait, l'IPGN, l'autorité de contrôle de la police, qui enquête maintenant aussi à Nantes, a été saisie 612 fois l'année dernière pour des violences aveugles commises par des policiers. Mais jusqu'à présent, les plaignants n'ont eu aucun succès : aucun fonctionnaire n'a été sanctionné, personne n'a été suspendu de ses fonctions. Dans son rapport annuel de mi-juin, sa directrice, Brigitte Jullien, a déclaré que jusqu’à présent il n’évait pas été prouvé qu’un fonctionnaire ait mal agi.

A Nantes, en revanche, il n’y a pas que les amis et les parents de Steve Caniços qui dénoncent la responsabilité de la police. Le maire a également écrit une lettre à la préfecture pour demander des explications, et une vidéo d'un journaliste local a montré l'emplacement du festival : une friche industrielle isolée, entourée uniquement d'entrepôts et d'usines. Alors pourquoi la police a-t-elle dispersé la fête avec une telle violence ? Le ministre de l'Intérieur Christoph Castaner a maintenant admis que la disparition de Steve Caniço pourrait avoir "quelque chose à voir avec l'opération de police". Toujours aucune trace du jeune homme.

 



02/07/2019
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Mes billets juillet 2019 -

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 209 autres membres