La mort tragique d'Iman.


Trois jours que je regarde cette photo terrible. Trois jours à passer de la tristesse à la rage, du doute au désespoir. Trois jours à chercher en vain des mots pour exprimer ce qui mine et ronge, ce qui est, en fait, peut-être simplement indicible.

 

Elle se nommait Iman Ahmed, petite syrienne morte de froid les yeux grands ouverts.

On croit toujours avoir vu le comble de l'horreur, le comble de l'inadmissible, le comble de la souffrance, le comble de l'injustice. Et toujours on découvre pire encore.

Cette petite fille est morte de froid pendant son exode désespéré. Son pauvre petit cœur n'a pas pu l'amener jusqu'au bout de la route, ses yeux ne renverront plus jamais la moindre lueur d'espoir. Une enfant morte gelée, sur la route chaotique et sans pitié qui devait lui permettre d'échapper à l'enfer.iman.jpg

 

L'histoire de ce petit ange ? A quoi bon l'évoquer ? Elle est celle de tant et tant d'enfants de par le monde qui paient un terrible tribut à la sauvagerie humaine. Ces yeux de nuit à jamais immobiles nous questionnent et nous accusent. Comment pouvons-nous accepter et supporter tant de violence envers tous ces innocents. Que valent les arguments des uns et des autres pour leur refuser une place, un havre, un peu de chaleur, un peu de paix. Qu'ont-ils donc fait pour que pareille inhumanité les laisse gelés et silencieux à jamais sur le bord des routes ?

Que pouvons-nous bien opposer à ce qui devrait être le seul objectif d'un monde civilisé, protéger les enfants.

 

Ils sont innombrables tels Iman à secouer nos consciences, à nous parler de l'envers de ce monde, de cet espace de ténèbres dans lequel nous les abandonnons par ignorance parfois, par négligence souvent, par lâcheté toujours.

 

Silencieuse et figée, Iman doit être notre mauvaise conscience, elle doit à jamais nous empêcher de nous dire ignorants de pareils destins.

Cette photo est celle d'une enfant de la planète terre, elle témoigne de la violence inouïe dont sont capables les humains, quel qu'en soit le prétexte.

 

Aucune mort d'enfant ne peut être légitimée, toutes doivent nous arracher des larmes et nous pousser à leur demander pardon !

 

Que cette image s'ancre à tout jamais dans l'âme de ceux qui me liront et qu'elle nous rende tous un peu meilleurs, un peu plus attentifs, un peu plus humains en somme !

 

Où que tu sois désormais, repose en paix petite Iman et essaie de nous pardonner!

 



06/03/2020
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 351 autres membres