La finance de l'ombre pèse 67000 milliards de dollars


Pas un seul jour sans qu'on nous assène la même phrase: "Les états n'ont plus d'argent, il n'y a plus d'argent. « La faute à la crise." Cette crise que l'on nous sert à toutes les sauces, comme causée par un mystérieux virus, une fatalité qu'il nous faut combattre aujourd'hui au prix de privations pour tous les peuples.

Pour tous ceux qui pensent encore (comme l'idéologie dominante leur demande de le faire) que le responsable est le fonctionnaire, le chômeur, le retraité, le malade, le RMIste, l'immigré, regardez donc les chiffres qui suivent et vous verrez que tout est mensonge, détournement d'attention, abus. Vous verrez les sommes colossales qui circulent "en cachette" au profit d'une minorité possédante et sans scrupules.

Lisez, et cessez de penser "étroit", "local". Prenez conscience que nous sommes emportés dans un tourbillon mondial par une minorité de "possédants agissants" avec une stratégie claire: piller le monde à leur seul profit. Regardez ces chiffres et demandez-vous ce qui pourrait être fait avec pareilles sommes dans un monde solidaire!

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/artfichier_636480_1024513_201207033102921.gif


 

Les "entités de l'ombre", qui échappent aux réglementations classiques, ont grossi ces dernières années. Elles représentent désormais 67 000 milliards de dollars, selon le rapport annuel du Conseil de stabilité financière (FSB), soit 90% des actifs financiers dans le monde.

 

 

67.000 milliards de dollars (52.500 milliards d'euros) : c'est la taille du "shadow banking", soit le système bancaire parallèle qui échappe aux régulateurs financiers, selon le rapport annuel du Conseil de stabilité financière (FSB).Ce secteur, qui figure parmi les sujets à l'étude du G20, recouvre l'ensemble des entités qui assurent tout ou partie des activités d'une banque (sociétés actives dans la titrisation, Sicav monétaires, fonds spéculatifs, banques d'affaires), sans être soumis aux mêmes contraires réglementaires.

Le FSB estime ainsi la taille des banques de l'ombre à environ 67.000 milliards de dollars en 2011, soit entre 5.000 à 6.000 milliards de plus qu'en 2010 (contre 62.000 milliards en 2007 et 26.000 milliards en 2002) dans 25 pays (24 pays membres + Chili) représentant 90% des actifs financiers sur le plan mondial. En termes généraux, ce secteur représente la moité des actifs du système bancaire. Selon le FSB, le système bancaire parallèle représentait 25% de l'ensemble des activités d'intermédiation financière en 2011, contre 27% en 2007.

Les régulateurs expliquent la rapide croissance que le secteur a connue avant la crise en grande partie par le fort développement des activités de titrisation. La crise a marqué un coup de frein à cette activité. Aux Etats-Unis, la part de ce secteur dans les activités d'intermédiation financière est ainsi passée de 44% en 2005 à 35% en 2011. Malgré tout, les Etats-Unis disposent toujours du système bancaire parallèle le plus important au monde, avec 23.000 milliards d'actifs en 2011, suivi de la zone euro (22.000 milliards) et du Royaume-Uni (9.000 milliards).

Les pays où la part du "shadow banking" est la plus importante par rapport au Produit intérieur brut (PIB) est la plus élevée sont Hong-Kong (520%), les Pays-Bas (490%), le Royaume-Uni (370%), Singapour (260%) et la Suisse (210%). A terme, les régulateurs craignent que les nouvelles exigences légales qui seront appliquées aux banques poussent ces dernières vers un secteur qui échappe encore au contrôle des régulateurs. Aussi, le G20 a chargé le FSB d'élaborer des propositions sur le sujet. Dimanche, le FSB a indiqué qu'il publierait en septembre 2013 ses recommandations pour mieux surveiller et réguler les entités systémiques de ce secteur.

 

 

Article publié par

    

 



06/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Des chiffres -

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 208 autres membres