Comment la brutalité policière française nuit à l'image internationale du pays


Traduction personnelle  d’un article en Anglais qui encore une fois témoigne de la manière très différente d'aborder les évènements en France par des journalistes qui font vraiment leur boulot!


https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/l.gif
e traitement violent des manifestants dissuade les touristes et nuit à la réputation de la France en tant que berceau des droits de l'homme.

Les touristes rêvent de beaucoup de choses quand ils pensent à Paris. Les lumières de la Tour Eiffel, admirées depuis une promenade romantique en bateau sur la Seine ; croissants et café pour le petit déjeuner ; longues flâneries sur les boulevards Haussmannien. Ce qu'ils n'attendent certainement pas d'un voyage dans la capitale française, c'est d'être arrosés de gaz lacrymogène sur les Champs-Elysées - bien que cela soit devenu une expérience française assez courante l'année dernière.

Le 21 septembre, alors que les gilets jaunes se rassemblent pour leur 45e manifestation hebdomadaire consécutive et s'associent à la marche pour le climat, des affrontements éclatent avec la police à Paris. Dans le chaos, plusieurs touristes marchant sur les Champs-Elysées (qui parlaient anglais à la presse mais ne disaient pas d'où ils venaient) ont été violemment aspergés de gaz lacrymogène par la police malgré les tentatives répétées d'expliquer qu'ils ne faisaient que tenter de rejoindre leur voiture. Un homme l'a dit à la télé française : "Il[l'officier de police] nous a aspergé de gaz lacrymogène directement sur le visage. Après qu'on ait dit qu'on marchait vers la voiture. Directement dans nos visages."

Cette scène est devenue de plus en plus fréquente depuis le début du mouvement de la veste jaune en novembre 2018 : les autorités interdisent les manifestations dans une zone protégée (en l'occurrence les Champs-Elysées), les manifestants s'y rassemblent au nom de leur droit à marcher, la police a donc le droit de réagir avec violence et les gens sont inévitablement blessés, parfois par des blessures qui changent la vie.

Ce n'est pas la première fois que des passants subissent des dommages collatéraux : à Strasbourg, un adolescent a perdu un œil à la suite d'une blessure à l'arme à feu en caoutchouc infligée par la police en janvier ; à Marseille, une femme âgée est morte en décembre 2018 des suites des blessures causées par le même type d'arme de police. Mais cette fois, bien que beaucoup moins dramatique, le mal a été fait aux étrangers en visite. La police française ne leur a certainement pas laissé un bon souvenir de leur voyage à Paris.

Malgré la présentation prudente par le gouvernement de la France comme un pays économiquement attractif, la " nation natale des droits de l'homme " perd rapidement son attrait touristique et son rayonnement sur la scène internationale, en grande partie à cause du récent déluge d'images de brutalité policière. Paris, en particulier, où les affrontements entre policiers et manifestants ont été les plus violents, a été endommagée : le tourisme dans la région a ralenti depuis le début du mouvement des gilets jaunes et la ville a perdu six places dans l'indice mondial 2019 de la qualité de vie, selon l'Economist : "Paris, en France, est la ville la mieux classée de France pour avoir connu une détérioration de son score de stabilité, en raison des manifestations anti-gouvernementales contre les gilets jaunes qui ont commencé à la fin de 2018".

Même le chanteur américain Iggy Pop, qui a récemment joué à Paris, a évoqué l'escalade violente de la répression française. Il a déclaré aux médias français qu'il avait suivi "ce qui se passait avec la police" au sujet de la mort controversée de Steve Maia Caniço, qui s'est noyé à Nantes en juin après une accusation de la police. "De plus en plus, nous constatons que les dirigeants politiques refusent le dialogue, a-t-il dit. Ce n'est pas exactement un RP approuvé par Macron.

Malgré des épisodes violents, 15 000 militants pour le climat ont défilé à Paris le 21 septembre, appelant les différents groupes de protestation à unir leurs forces. En réprimant les marches climatiques avec la même brutalité dont ils ont fait preuve à l'égard des gilets jaunes, la police française ne fera que renforcer la coopération entre les mouvements. Le président Macron a été salué dans le monde entier pour sa promesse de " rendre la planète grande à nouveau " et a suscité l'intérêt des milieux d'affaires avec son appel à " choisir la France ". Mais alors que la police française devient la seule force européenne à asperger de gaz lacrymogène les touristes, les militants du climat et les manifestants, ses deux slogans semblent s'effondrer.  

 



25/09/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Retour aux articles de la catégorie Mes billets Septembre 2019 -

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 298 autres membres