Brèves du 31/08/2014


PERSIFLAGES du JOUR

 

Découvrir ...

 

A la tête du Conseil de l'Europe, on a donc un polonais, libéral, amis de Merkel, anti-Poutine et favorable au gaz de schiste... On est mal!

..............................................................................................................

Face à tant de comportements délictueux, peut-être faudrait-il s'interroger à nouveau sur la nécessité de la punition

..............................................................................................................

En 1981, les dividendes versés aux actionnaires représentaient 10 jours de travail par salarié dans les sociétés non financières, en 2012, ils en représentent 45. Pour le dire plus clairement, un salarié travaille 45 jours par an, soit 9 semaines, uniquement pour payer les dividendes des actionnaires.



Source  www.cgt.fr

..............................................................................................................

Tous ces petits fraudeurs, ces assistés qui coûteraient si cher à la France...

La réalité est tout autre.



http://www.regards.fr/web/Fraude-sociale-les-entreprises,7412

..............................................................................................................

Il paraît que les français seraient massivement favorables au travail le dimanche...

Et bien parions que si on augmentait substanciellement les salaires, ils seraient moins nombreux à souhaiter travailler un jour de plus.

..............................................................................................................



01/09/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres



Mais ils ne font guère mieux ceux d'aujourd'hui qui, avant de commettre leurs crimes les plus graves, les font toujours précéder de quelques jolis discours sur le bien public et le soulagement des malheureux.

Or ce tyran seul, il n'est pas besoin de le combattre, ni de l'abattre. Il est défait de lui-même pourvu que le pays ne consente point à sa servitude. Il ne s'agit pas de lui ôter quelque chose, mais de ne rien lui donner.

Ce maître n'a pourtant que deux yeux, deux mains, un corps, et rien de plus que n'a le dernier des habitants du nombre infini de nos villes. Ce qu'il a de plus, ce sont les moyens que vous lui fournissez pour vous détruire.

La Boétie